Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2017

Avis Assassin’s Creed II -suite

 

assassins2.JPG

Vous l’aurez compris, l’intrigue de cet épisode d'Assassin’s Creed II est aussi intelligemment branlée que le pitch général de la série est What the fuck. Mais cet improbable cross-over entre Max Gallo et Code Quantum, d’abord agaçant, se révèle vite salutaire en ce qu’il allège l’aspect relativement pointu du contexte historique. L’encyclopédie in-game, aussi documentée que goguenarde, joue d’ailleurs du même contraste entre scrupuleuse reconstitution et anachronismes assumés (conduisant le joueur curieux à se munir d’un Ancien Testament pour comprendre certaines vannes ; si ça, c’est pas révolutionnaire…). Au final en tout cas, M. Cheminade a de quoi se consoler de ses revers électoraux, la dimension éducative du jeu s’avérant d’autant plus efficace qu’il ne se prend pas au sérieux…

Assassin’s Creed II : Une histoire… de famille

Malheureusement, Assassin’s Creed II, fidèle à son concept généalogique jusque dans ses lacunes, n’échappe pas à son ascendance, et l’ADN du jeu est aussi lisible que celui de son héros. Rejeton de Prince of Persia, il est beau comme son papa, mais tout aussi maladroit : plus assisté que la création d’un document Word, il n’offre guère de challenge que quand il bugge. Les sauts sont automatiques, les combats tellement bourrins qu’ils feraient passer le pire des Dynasty Warriors pour un spin-off de Virtua Fighter, les séquences d’infiltration souvent abomiffreuses, et les cavalcades aussi convaincantes sur le plan de la maniabilité qu’une virée en Mako dans le premier Mass Effect.

Mais comme dans ce dernier, les imprécisions des commandes et autres errances de gameplay sont balayées par un charisme ravageur. Les agacements sporadiques du gamer pèsent en effet bien peu face à l’émerveillement d’un regard levé sur les colonnes de la place St-Marc, à la griserie d’une course-poursuite sur les cimes de Florence, ou au vertige sublime d’un « saut de la foi ». Jeu des altitudes par excellence, Assassin’s Creed II plane au-dessus de ses propres défauts avec grâce et désinvolture. À l’image de son héros et de la Renaissance qu’il met en scène, il se hisse à l’assaut des sommets sous l’impulsion de ses ancêtres…

 voir le gameplay :